Free delivery from 60€ of purchases

Plateau "Trois jarres"
Plateau "Trois jarres"
  • Load image into Gallery viewer, Plateau "Trois jarres"
  • Load image into Gallery viewer, Plateau "Trois jarres"

Plateau "Trois jarres"

Regular price
€22,00
Sale price
€22,00
Regular price
€35,00
Sold out
Unit price
per 
Tax included. Shipping calculated at checkout.

Inspiré d'un Plat à décor de trois jarres (Sanko)

Dimensions : 31 cm
Matière : bois

Ce plateau rond en bois est inspiré d'un détail d'un plat à décor des trois Jarres (sanko) (Japon, période Edo (1603-1868), XVIIIe siècle - Porcelaine à décors au bleu de cobalt sous couverte et émaux. H. 5,8; l. 20,3 cm. Paris, musée national des arts asiatiques-Guimet. Donation Ernest Grandidier, 1894).

Le motif à trois jarres est répété trois fois sanpô moyô selon un mode typique de Nabeshima, faisant montre d'un grand raffinement et d'une ordonnance claire du décor. Ces éléments suivent des directives stylistiques qui ont été fixées vers 1680 et ont permis l'élaboration d'une esthétique propre à cette céramique. Ce type de porcelaine emprunte aux estampes, la profondeur du sentiment de la nature, l'audace des mises en page et le choix des gammes colorées. La production recouvre plusieurs genres, différenciés par la nature du colorant ou la couverte utilisés. Le décor polychrome représente le style le plus raffiné de ces céramiques, avec l'utilisation du bleu, du vert, du jaune et du rouge qui est réservé au motif principal (souvent floral).

D'une grande maîtrise dans l'exécution des formes, la production de Nabeshima requiert l'emploi de matériaux sélectionnés avec attention, et l'élaboration suit le processus de la division des tâches. Le bleu de cobalt sous couverte sert à dessiner les contours des motifs qui, après une première cuisson à 1350°c, sont ensuite remplis d'émaux verts et rouges sur couverte avant d'être soumis à une deuxième cuisson aux environs de 850°c.

Cette porcelaine présente la forme la plus parfaite de la céramique japonaise. En effet, des documents du XIXe siècle présentent ces productions comme des pièces qui n'étaient jamais vendues ni exportées, mais qui étaient offertes aux personnages de haut rang sous les Tokugawa.

Musée : Musée des Arts asiatiques - Guimet